INFOTHEMA

Auteur Sujet: Bionico : french touch pour main bionique  (Lu 1967 fois)

Animateur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3616
    • Voir le profil
Bionico : french touch pour main bionique
« le: août 10, 2013, 12:52:21 pm »


A Rennes, une équipe réunie autour du fablab local travaille à la conception d'une prothèse de main open source. Un exemple de la vitalité de la France dans l'innovation, encore trop peu reconnue selon Hugues Aubin.

Alors qu'Arnaud de Montebourg annonçait en mars 2013 un plan de 100 millions d'euros pour soutenir les talents français en matière de robotique (avec des sociétés d'excellence mondiale comme Aldébaran, conceptrice du robot Nao), le nom de Gaël Langevin rassemblait déjà sur tous les continents des passionnés autour d'un incroyable projet unique au monde : Inmoov.

Inmoov, robot star

Inmoov est un robot humanoïde à l'échelle un, articulé jusqu'au bout des doigts, motorisé et programmable. Développé par Gaël Langevin sur son temps libre, Inmoov est téléchargeable et réplicable par l'impression 3D, à partir de matériel disponible dans les magasins de bricolage et de modélisme. Ce robot  incroyablement humain est réalisé avec un souci de l'esthétique et du détail tout droit sorti du cerveau de son concepteur.

Équivalent des robots humanoïdes à plus de 100 000 dollars, Inmoov est accessible pour un coût inférieur à 1000 dollars. En couverture du magazine The Atlantic, cité par CNN, Inmoov est à l'origine d'un rassemblement record d'imprimantes 3D, au mois de juin en Hollande : des centaines de personnes se sont réunies pour imprimer et assembler la totalité du robot... En France, seul un magazine de vulgarisation scientifique aura accordé un encart à ce qui est considéré comme un des plus emblématiques projets recoupant design, conception mécanique et fabrication numérique.

Bionico, une prothèse "bionique" à moins de 1000 dollars

Les plans open source de Inmoov nourrissent déjà de nombreux projets, dont Bionico. Nicolas Huchet, amputé de la main suite à un accident de travail, était venu nous rencontrer au LabFab de Rennes en novembre 2012, avec cette question : "vous intéressez-vous aux mains robots ?" Très vite, nous nous prenions au jeu et lancions avec lui le projet Bionico : concevoir une prothèse de main pilotée par les muscles, réplicable à bas coût sur toute la planète.
Notre méthode consiste à transposer dans le registre du prototypage d'objet le principe utilisé couramment par les développeurs d'applications sur internet : l'application composite ou mashup. Identifier des briques fonctionnelles (capteurs, électronique, mécanique, etc.) déjà existantes et réutilisables. Se concentrer sur leur recombinaison pour obtenir un assemblage inédit, efficace et à très bas coût.

Le coût sur le marché d'une prothèse est de l'ordre de 30 000 à 60 000 dollars, la main Bionico à commande "myo-électrique" ne doit pas dépasser les 1000 dollars, grâce au modèle open source. Nicolas Huchet et l'équipe du labfab de Rennes ont depuis rassemblé les briques : la main du robot Inmoov, Advancer technologies pour les capteurs musculaires, etc. Le centre de rééducation de Kerpape (Morbihan) interviendra pour la partie pilotage des prothèses. Repéré grâce à son blog par le docteur Chi, de l'hôpital John Hopkins aux États-Unis, pape mondial de la greffe d'implants, Nicolas Huchet reçoit un jour un appel : "votre projet nous intéresse : tenez-nous au courant."

Montée en une semaine, avec les moyens du bord (personne n'est salarié dans ce projet), la première version basique est testée en juin 2013 à Rennes, lors de l'événement "Tu imagines, construis", organisé par la région Bretagne. La main répond dès le premier essai. Les plans d'une première version simple, à usage non commercial, seront livrés rapidement et présentés lors de l'événement phare en Europe dans le secteur de la fabrication : la Maker Faire de Rome.

Des français en pointe

Le développement de l'impression 3D et la diffusion de la culture open source au secteur de la fabrication numérique permettent aujourd'hui de monter des projets de haut niveau technologique. Certains comme Mutable Instrument en France, ou Arduino en Italie ont déjà prouvé qu'un modèle économique est possible dans ce secteur où le brevet n'est pas la règle. Ces modèles sont également des formidables outils pédagogiques, mais pour le moment, seuls des établissements américains ont contacté Gaël Langevin...

Si les talents étrangers sont reconnus en France, la réciproque n'est pas toujours vraie. Nombre de projets semblent se développer sous les radars des institutionnels et investisseurs. Premier pays après les États-Unis pour le nombre de fablab candidats à la charte MIT, la France a du mal à regarder en face ses innovateurs, qui se débrouillent avec les moyens du bord. Le robot Inmoov, en attendant ses jambes, est fixé sur un porte-manteau.

Murs et plafonds de verre ?

Daniel Kaplan (FING) a déjà proposé qu'une infime partie des investissements d'avenir puissent être utilisés dans le cadre du soutien à des projets hors-normes, inclassables. Après les plafonds de verre, peut-être faudrait-il désormais s'intéresser aux "murs de verre" : les limites sectorielles qui font que la robotique est l'affaire des roboticiens, les sciences humaines, économiques ou techniques l'apanage de leurs spécialistes. Ces frontières doivent devenir poreuses pour permettre l'innovation "composite", l'assemblage de briques diverses issues de tous domaines pour créer de nouveaux objets ou services.

Le financement participatif et la prolifération de tiers-lieux de croisement comme les Cantines numériques et les fablabs montrent qu'une dynamique existe. Le projet Bionico en est le meilleur exemple. La France, ses "intelligences" et clusters sectoriels auraient intérêt à se pencher de plus prêt sur ces modèles d'innovation "débrouillards", afin qu'un jour la "french touch" devienne aussi la "touche française".

http://lesclesdedemain.lemonde.fr/sante/bionico-french-touch-pour-main-bionique_a-11-2999.html
Membre de l'APRIL (www.april.org) / Membre du bureau Association "Debian Facile"  (https://debian-facile.org)// Membre du FabLab de Lannion (www.fablab-lannion.org)