INFOTHEMA

Auteur Sujet: [Pénurie de valve 3D] Un fabricant menace de poursuivre des volontaires  (Lu 2300 fois)

Animateur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3457
    • Voir le profil
Un fabricant d'équipements menace de poursuivre des volontaires pour impression en 3D de ses modèles de valves sanitaires !

Un fabricant d’équipements médicaux a menacé de poursuivre un groupe de volontaires en Italie. Motif : ces derniers ont proposé une solution à coût quasi nul pour aider dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. L’entreprise spécialisée dans la conception des dispositifs médicaux met à disposition des hôpitaux des valves pour appareils respiratoires estimées à 11 000 $ l’unité. La pénurie (de valves) aidant, les cris de détresse des responsables d’un hôpital ont permis de tomber sur des volontaires qui ont proposé des répliques imprimées en 3D des modèles du fabricant d’équipements, ce, pour un coût qui tournerait autour de 1 $ par pièce…  >:(

Tout est parti en fin de semaine dernière d’un besoin pressant de l’hôpital (situé en Lombardie) de renflouer son stock de valves nécessaires au fonctionnement des appareils respiratoires utilisés pour le maintien en vie des patients atteints du coronavirus. Le fabricant n'a pas été en mesure de les fournir à court terme, car l'entreprise elle-même était confrontée à une pénurie causée par la pandémie. L'hôpital a donc émis un appel de détresse par le biais du Giornale di Brescia, ce qui a attiré l'attention du fondateur de Massimo Temporelli – un fondateur de fablab basé à Milan. C’est ce dernier qui a pu entrer en contact avec la startup Isinnova (située non loin de l’hôpital) dotée d’une imprimante 3D. En 6 heures après la prise de contact, des répliques 3D des modèles du fabricant d’équipements sortaient de l’imprimante. La manœuvre a permis de sauver une dizaine de vies, d’après des retours de médias locaux et internationaux.


En fait, ce n'était pas aussi simple que cela le laisse entendre. Business Insider Italia explique que même si le fabricant d'origine n'a pas été en mesure de fournir la pièce, il a refusé de partager le fichier 3D correspondant avec Christian Fracassi (de la startup Isinnova) pour l'aider à imprimer la valve. Il est même allé jusqu'à le menacer de violation de brevet s'il tentait de le faire lui-même. Comme des vies étaient en jeu, il est quand même allé de l'avant, créant le fichier 3D à partir de rien, en prenant des mesures directement sur les modèles du fabricant d’équipements. Fracassi ne peut malheureusement faire profiter à un plus grand nombre d’hôpitaux du coût des valves qu’il imprime. En effet, ce dernier craint de tomber sous le coup de dispositions légales.

Réaction de Christian Fracassi sur les réseaux sociaux

Rendons à César ce qui est à César. Permettez-nous de glisser une note, car le tam-tam médiatique qui a été généré après la production des valves pour les respirateurs que nous avons fabriqués avec les imprimantes 3D s'éloigne de plus en plus de la vérité. Tout d'abord, c'est vrai : nous avons reçu un appel téléphonique, on nous a dit qu'à l'hôpital de Chiari, les valves des respirateurs manquaient et que des gens mouraient. La manière ordinaire, celle de fournir des pièces standard, n'était pas réalisable pour une simple raison de temps.

Que devions-nous faire ?

Vous savez, dans les films, quand quelqu'un est sur le point de tomber dans le ravin ? Habituellement, à ce moment, le personnage principal entre et lui lance une corde, mais cette corde s'effiloche... et le temps s'écoule. Nous ne pensons pas qu'il y ait beaucoup de questions pour savoir si la corde est conforme au code ou si elle appartient à quelqu'un d'autre. À ce moment, on ne pense qu'à sauver celui qui est en train de tomber. Puis, une fois que la personne est en sécurité, on peut entamer avec les raisonnements.

C'est la situation dans laquelle nous nous trouvions. La vie des gens était en danger et nous avons agi. C'est tout. Maintenant, raisonnons avec l’esprit apaisé.

D'abord, ne nous appelez pas, comme certains l'ont fait, des héros. Bien sûr, des gens allaient mourir, mais nous n'avons fait que notre devoir. Refuser ne serait pas un acte de lâcheté, mais un acte meurtrier. Loin de nous cette idée.

Ne nous traitez pas, comme certains l'ont fait, de génies. Le génie, si tant est qu'il y en ait un, est un Venturi qui a identifié le principe physique que nous avons simplement appliqué, comme l'aurait fait n'importe quel autre ingénieur. Il n'y a pas de génie dans le morceau dont tout le monde parle, il n'y a que l'application d'un principe physique.

Mais maintenant, faisons également taire certaines paroles qui dépassent nos intentions et notre contrôle : nous n'avons aucune intention de tirer profit de cette situation, nous n'avons aucune intention d'utiliser les dessins ou le produit au-delà de la stricte nécessité qui nous a forcés à agir, nous n'avons aucune intention de diffuser le dessin. Mais ce n'est pas tout : en cette période où l'opinion publique est très sensible, ne vous jetez pas sur les gens. Si nous avons agi rapidement, c'est uniquement parce qu'avec les imprimantes 3D, vous pouvez rapidement essayer une petite production qui serait impossible à l'échelle industrielle. Et enfin, disons aussi que certains chiffres que nous voyons circuler sont absolument faux : nous ne voulons pas entrer dans les détails, car le coût d'une pièce n'est pas le poids d'un tas de plastique : le temps professionnel, le coût des matériaux, l'énergie, etc. entrent en jeu. En bref, le coût est quelque chose de complexe…

Nous souhaitons simplement qu'une seule chose reste de cette histoire : la communauté, composée d'un hôpital, d'un journal, d'une équipe de professionnels, a fait une course contre la montre et a sauvé des vies. Et c'est tout.

Le reste - droits, certifications, coûts et controverses – ne devrait même pas faire l’objet de mention face à la supériorité indéniable du sacro-saint droit à la vie. Si vous n'êtes pas d'accord, ne nous demandez pas, mais faites-le plutôt auprès des personnes qui - Dieu merci - respirent encore.

Je vous remercie tous, cependant, pour votre soutien. Vous m'avez écrit en si grand nombre, plus de 2000, je crois, que je ne sais pas si je pourrai tout lire et remercier tout le monde. Concentrons-nous sur les véritables héros, ceux qui sauvent des vies, qui font 16 heures de garde à l'hôpital et qui sont jour et nuit aux côtés des malades et félicitons-les. Un grand merci.

Réactions de membres du gouvernement italien

La ministre italienne de l'innovation technologique, Paola Pisano, a salué cet accomplissement et félicité les personnes impliquées : « Félicitations à Cristian Fracassi, @temporelli73 et toutes les personnes qui l'ont aidé dans l'entreprise d'impression en 3d des valves manquantes pour les respirateurs de l'hôpital de Chiari à Brescia. »

Source : https://www.developpez.com/actu/297460/Un-fabricant-d-equipements-menace-de-poursuivre-des-volontaires-pour-impression-en-3D-de-ses-modeles-de-valves-destines-aux-appareils-respiratoires-contre-le-coronavirus
Membre de l'APRIL (www.april.org) / Membre du bureau Association "Debian Facile"  (https://debian-facile.org)// Membre du FabLab de Lannion (www.fablab-lannion.org)