INFOTHEMA

Auteur Sujet: Un Amstrad CPC 464 au festival des Vieilles Charrues 2013! :-)  (Lu 4650 fois)

Animateur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3124
    • Voir le profil
Pour le fun et gagner un pari! Un Amstrad CPC 464 a passé 4 jours au festival des Vieilles Charrues 2013! Yes!





« Modifié: juillet 06, 2014, 10:30:16 am par Animateur »
Membre de l'APRIL (www.april.org) / Membre du bureau Association "Debian Facile"  (https://debian-facile.org)// Membre du FabLab de Lannion (www.fablab-lannion.org)

Animateur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3124
    • Voir le profil
Re : Un Amstrad CPC 6128 au festival des Vieilles Charrues 2013! :-)
« Réponse #1 le: novembre 16, 2013, 12:24:36 pm »
http://fr.wikipedia.org/wiki/Amstrad_CPC

"L'Amstrad CPC (CPC est le sigle de Colour Personal Computer, « ordinateur personnel couleur », même s'il était possible d'en acheter muni de moniteurs monochromes) est un ordinateur personnel 8 bits produit par Amstrad dans les années 1980.

L'Amstrad CPC s'est vendu à environ trois millions d'exemplaires dans le monde, dont environ un million en France

Historique

Ce projet a débuté en 1983, Amstrad, société britannique produisant du matériel HI-FI dirigée par Alan Michael Sugar (souvent abrégé en "AMS"), est à la recherche d'un nouveau créneau. AMS voit une place vacante dans le marché de la micro-informatique de l'époque : jusque-là, en effet, elle s'adressait avant tout à des « hobbyistes », passionnés ou susceptibles de le devenir (d'où des ordinateurs peu chers, mais en kit ou avec tant de branchements à réaliser qu'ils en devenaient rapidement des cauchemars de plombiers, ou des appareils à la pointe de la technique, mais très chers et encore à moitié expérimentaux).

Alan Sugar choisit de s'adresser à une clientèle résolument familiale, inexpérimentée et sans grands moyens : il décide donc de vendre un ordinateur dont l'installation est la plus simple possible, et qui soit directement utilisable même par un profane dès la mise sous tension (d'où le moniteur inclus et le nombre de câbles remarquablement réduit pour l'époque), le tout pour le même prix qu'un Commodore 64 seul. De plus, pour rester dans cette logique de clientèle familiale, Amstrad va organiser ses points de vente uniquement sur la base de la grande distribution.

En 1984 sort l'Amstrad CPC 464, comprenant 64 Ko de mémoire vive, vendu avec un écran monochrome (vert) ou un écran couleur et, chose inhabituelle à l'époque, un lecteur de cassettes intégré. L’Amstrad CPC 464 connaît dès sa sortie un immense succès, surtout en France, se vendant à plus d'un million d’exemplaires.

En 1985 sortent successivement l'Amstrad CPC 664 où le lecteur de cassettes est remplacé par un lecteur de disquettes, puis l'Amstrad CPC 6128, où la mémoire vive est portée à 128 Ko.

En 1990, voyant les ventes de ces CPC décliner, Amstrad tenta de reprendre le marché avec une version plus évoluée du CPC, le CPC+ : 4096 couleurs, sprites gérés par le matériel, canaux DMA pour le son, port cartouche, nouveau design. Ces machines n'avaient cependant plus assez d'atouts face aux Amiga de Commodore et autres 520ST d'Atari de l'époque ou de la Megadrive. La gamme CPC+ disparut rapidement des rayons."
Membre de l'APRIL (www.april.org) / Membre du bureau Association "Debian Facile"  (https://debian-facile.org)// Membre du FabLab de Lannion (www.fablab-lannion.org)