INFOTHEMA

Auteur Sujet: [ARTE] Internet ou la révolution du partage  (Lu 347 fois)

Animateur

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2856
    • Voir le profil
[ARTE] Internet ou la révolution du partage
« le: mars 14, 2019, 09:17:14 pm »
Si le numérique fait de chaque citoyen un client captif, certains défendent le logiciel libre comme éthique philosophique. État des lieux de la liberté informatique aux quatre coins du monde.

Depuis la généralisation d’Internet dans tous les domaines de la société, la problématique des logiciels propriétaires, opposés aux logiciels libres, est devenue cruciale, quoiqu’encore ignorée par la grande majorité des utilisateurs. Par définition, le logiciel libre peut être exploité, amélioré et distribué par tous. Or, la plupart des logiciels auxquels nous recourons quotidiennement sont dit "propriétaires" : leur code source appartient à de grandes entreprises, qui en tirent des bénéfices conséquents. Les résistants de l’open source y voient ainsi un enjeu philosophique autant qu'un choix de société : les nouvelles technologies devraient être contrôlées par leurs utilisateurs, plutôt que de limiter leur liberté à leur trouver des alternatives.

Membre de l'APRIL (www.april.org) / Membre du bureau Association "Debian Facile"  (https://debian-facile.org)// Membre du FabLab de Lannion (www.fablab-lannion.org)

E18i3

  • ORGANISATION INFOTHEMA
  • Hero Member
  • ******
  • Messages: 530
  • “Créer, c’ est résister” Stéphane Hessel 1917-2013
    • Voir le profil
Re : [ARTE] Internet ou la révolution du partage
« Réponse #1 le: mars 16, 2019, 10:05:03 am »
Salut à toi Ö Administrator,

Génial d' avoir choisit PeerTube pour la récupération et la diffusion de ce documentaire  ;)
" Choisis mon camp j' ai ". A visionner ABSOLUMENT.
A bon entendeur,

                       @+   :(
" Dire que l' on s' en fiche du droit à la vie privée sous prétexte qu' on a rien à cacher, c' est comme déclarer que l' on se fiche du droit à la liberté d' expression sous prétexte qu' on a rien à dire."  Edward Snowden