INFOTHEMA

Auteur Sujet: Dominique Wolton, à lire ABSOLUMENT !  (Lu 1758 fois)

E18i3

  • ORGANISATION INFOTHEMA
  • Hero Member
  • ******
  • Messages: 740
  • Créer, c’ est résister” Stéphane Hessel 1917-2013
    • Voir le profil
Dominique Wolton, à lire ABSOLUMENT !
« le: septembre 20, 2016, 07:32:13 pm »
Salut à tous,

Parc' que depuis que j' utilise les logiciels libres, j' ai découvert "le côté lumineux du libre" et pris conscience
de beaucoup de chose, pour ceux qui ne connaissent pas, encore, je vous conseille :


" Communiquer, c' est vivre", de Dominique Wolton, édition cherche midi.

Je ne m' étendrais pas sur le sujet, mais je réitère l' intitulé de mon topic,
ce livre est à lire ABSOLUMENT.
"Mais pourquoi tant de zèle" me direz-vous ?
Ben faut lire ... et vous comprendrez.

Je tiens à préciser que je n' ai aucune participation ou intérêt avec la maison d' édition "cherche midi",
sinon le désir de partager afin de réveiller ..?

Un livre décapant sur la comédie humaine de notre époque.
Peut-être, voir sûrement certain d' entre vous ne seront pas d' accord avec les propos de cet entretien, mais peu importe,
sa lecture fait du bien et comme dit l' adage, " y' a pas d' mal à se faire du bien".

        @+
« Modifié: octobre 18, 2016, 11:25:00 pm par E18i3 »
" Dire que l' on s' en fiche du droit à la vie privée sous prétexte qu' on a rien à cacher, c' est comme déclarer que l' on se fiche du droit à la liberté d' expression sous prétexte qu' on a rien à dire."  Edward Snowden.

E18i3

  • ORGANISATION INFOTHEMA
  • Hero Member
  • ******
  • Messages: 740
  • Créer, c’ est résister” Stéphane Hessel 1917-2013
    • Voir le profil
Re : Dominique Wolton, à lire ABSOLUMENT !
« Réponse #1 le: septembre 20, 2016, 09:54:47 pm »
Du même auteur :

Dominique Wolton, Informer n’est pas communiquer
Paris, CNRS Éd., coll. Débats, 2009, 147 p.

Extrait :

"Informer n’est pas communiquer, voilà le titre de cet essai que Dominique Wolton commet dans le but de montrer pourquoi la communication est le vrai

défi du XXIe siècle. Après plus de trois décennies dédiées aux travaux sur la communication, le directeur de l’Institut des sciences de la communication (iscc)

du cnrs dénonce le stéréotype dominant selon lequel l’information est plus sérieuse que la communication et cette dernière se limiterait à la manipulation.

Aux yeux de l’auteur, cette idée erronée se serait imposée du fait que l’information et la communication sont inséparables de l’histoire de l’émancipation de

l’homme. En effet, la révolution de l’information, survenue au XIXe siècle, a permis la connaissance du monde et le développement de l’esprit critique.

Le XXe siècle s’est imposé comme celui du progrès technique. Le problème, dénonce le chercheur, est que, si d’une part, le progrès technique a permis de

 sortir de la communication fermée et de multiplier les messages, d’autre part, il n’a pas augmenté la communication. En intensifiant la production et la

 diffusion des messages, autrement dit l’information, les innombrables avancées techniques se sont développées au détriment de la communication, de la

relation avec l’autre. En conséquence, au cours du XXe siècle, l’information s’est imposée accentuant l’idée d’une communication automatique, rien de plus

 dangereux pour le chercheur. Pour lui, la communication est plus complexe que l’information, car elle pose la question de l’autre. Définie comme la relation à

travers laquelle les êtres humains cherchent à partager, séduire et convaincre, la communication englobe l’information. Il n’y a pas d’information sans projet

 de communication. En effet, nous sommes des êtres sociaux et non des êtres d’information. Pour cette raison, le progrès technique ne suffit pas à améliorer

la communication. En conséquence, Dominique Wolton estime nécessaire de « détechniser » la communication, de remettre à sa place la technique et de

 comprendre que les progrès dans la production et la diffusion des informations n’ont de sens que dans la mesure où ils aident à construire la cohabitation

 entre les sociétés dont les valeurs divergent. C’est cela la communication : cohabiter. « Informer n’est pas communiquer et communiquer n’est pas

transmettre » (p. 140). Ainsi, pour l’auteur, le défi de ce siècle est-il d’organiser la cohabitation pacifique de points de vue contradictoires où chacun veut

conserver son identité.

Ayant comme point central l’idée de la cohabitation, Dominique Wolton revient sur la place du récepteur devenu plus présent et participatif, grâce justement

aux progrès de la technique, notamment dans la communication médiatique via l’internet. Pourtant, avec l’internet, explique l’auteur, le rêve de la société du

direct, sans intermédiaires, s’impose facilement avec le risque de glisser d’une idée d’émancipation à une illusion propice au populisme. Mais la démocratie

n’est pas la suppression d’intermédiaires. Dans ce sens, l’« internet ne pourra pas être le nouveau moteur de la démocratie, car la question du pouvoir n’est

pas seulement une question d’information, mais de valeurs et de communication humaine » (p. 61)."

Bon, ok, j' arrête, je sors.

             @+  ;D
« Modifié: septembre 21, 2016, 05:36:00 pm par E18i3 »
" Dire que l' on s' en fiche du droit à la vie privée sous prétexte qu' on a rien à cacher, c' est comme déclarer que l' on se fiche du droit à la liberté d' expression sous prétexte qu' on a rien à dire."  Edward Snowden.