INFOTHEMA

Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Sujets - E18i3

Pages: [1] 2 3 ... 13
1
Comptoir / Données personnelles ...
« le: février 24, 2020, 12:19:24 am »
Salut à tous,

Je vous propose en relais, un article qui, je pense, se suffit à lui même :

[...] Aujourd' hui, le combat pour la protection des données personnelles se positionne sur un nouveau front. Celui de la surveillance avec, pour corollaire, le sujet épineux de la reconnaissance faciale. Les questions sociétales soulevées par un monde où les faits et gestes de chacune sont répertoriés, gravés dans le marbre, sont vertigineuses.

Pourtant, nombreux sont celles et ceux qui, mis face à ces défis, répliquent encore qu'ils n'ont « rien à cacher ». Comme si ce bouclier était impénétrable, et que ce deal « service contre données » était équitable.

Rien à cacher, vraiment ?

« Lorsque vous dites « le droit à la vie privée ne me préoccupe pas, parce que je n'ai rien à cacher », cela ne fait aucune différence avec le fait de dire « Je me moque du droit à la liberté d'expression parce que je n'ai rien à dire », ou « de la liberté de la presse parce que je n'ai rien à écrire » ». Cette citation d'Edward Snowden, l'ex-analyste-lanceur d'alerte de la NSA qui, en 2013, a révélé la tentaculaire entreprise de surveillance mondiale du gouvernement américain, est sans doute de celles qui synthétisent le mieux le problème. Mais elle est incomplète. Lors de ses allocutions, il n'est pas rare qu'Edward Snowden ajoute combien cette posture est révélatrice d'un profond égoïsme. « Même si vous n'utilisez pas vos droits aujourd'hui, d'autres en ont besoin », complète le lanceur d'alerte.

« Dire que vos droits ne vous intéressent pas parce que vous n'en faites pas l'usage est la chose la plus asociale que vous puissiez dire. Cela revient à dire « les autres ne m'intéressent pas » ». Et Edward Snowden de conclure en assénant une vérité qui mérite d'être énoncée : si vous êtes un homme, blanc, aisé, bref que vous vous situez à la cime de la pyramide sociale, alors oui ; il est probable que les problématiques liées à la confidentialité des données ne vous touchent pas au cœur.

La surveillance est l'instrument des inégalités

Parmi les problèmes posés par la collecte massive de données et la surveillance généralisée qui en découle, celui du creusement des inégalités est majeur. Les minorités, quelles qu'elles soient, seront toujours les grandes perdantes de cette société du contrôle qui se profile.

Prenons l'exemple de Rakem Balogun. Cet activiste afro-américain, révolté par les dérapages à répétition des forces de police de son pays à l'encontre des membres de sa communauté, a commencé à se mobiliser. Le matin du 12 décembre 2017, Rakem Balogun et son fils de 15 ans ont été expulsés de leur domicile manu militari par le FBI, qui le soupçonnait de fomenter des actes terroristes. Ce n'est qu'après cinq mois de détention — qui lui ont coûté son domicile — que l'homme a appris que le FBI monitorait depuis des mois son compte Facebook. Un réseau social où l'homme a eu le malheur d'exprimer son soutien à Micah Johnson, un Afro-Américain qui a tué de sang-froid cinq policiers à Dallas en 2016, et en a blessé neuf autres avant d'être abattu par les forces de l'ordre. Sa liberté d'expression — maladroitement utilisée, certes — lui aura coûté cinq mois d'emprisonnement.

Une affaire évidemment exacerbée par les tensions raciales qui émaillent le paysage américain, mais qui est finalement révélatrice des injustices induites par la surveillance de masse.

Rakem Balogun reste ainsi dans les annales comme le premier Américain à être étiqueté « Black Identity Extremist » — une nouvelle étiquette tombée de la branche du programme COINTELPRO, qui avait notoirement surveillé Martin Luther King dans les années 60... Remarquez comme le terme ne se limite pas à identifier les « extrémistes » en général, mais bien les « extrémistes » noirs. Pourtant, comme le résume fort bien The Guardian, les suprémacistes blancs seraient responsables de 75% des tueries de masse perpétrées sur le sol américain depuis 2001.

Sur un registre différent, comment ne pas mentionner la Chine, qui a fait de la surveillance de masse un véritable outil d'oppression à l'encontre de la communauté ouïgoure de l'ouest du pays ? Traqués en permanence par le gouvernement via une myriade d'applications-complices, les individus « à risque » (autrement dit : dissidents politiques ou musulmans) sont ensuite envoyés dans des « camps de redressement » que Pékin se refuse encore à appeler comme tel.

https://youtu.be/IKMwFmv9BdU


Un autre exemple mérite d'être cité. Après les attentats terroristes commis à Paris en novembre 2015 et l'instauration de l'État d'urgence, toute manifestation contre la COP 21 devant se tenir dans la capitale a été interdite. Une décision sécuritaire louable, qui s'est pourtant accompagnée de mesures disproportionnées... à l'encontre de militants écologistes. 24 ont été assignés à résidence à Paris, dont Joël Domenjoud, responsable légal de la coalition associative, qui raconte avoir été la cible d'une surveillance physique et numérique pendant plusieurs années.

Interrogé par le journaliste Marc Meillassoux pour son documentaire « Nothing to Hide », l'écologiste raconte que, bien qu'aucune accusation n'a jamais été retenue contre lui, la police compilait au sein d'une « note blanche » les observations des agents de terrain à son propos. Une archive qui conclut dans son cas qu'il « participe activement, depuis plusieurs années, aux actions menées contre la représentation de l'État ». Une formulation volontairement élusive, qui suffit néanmoins à justifier ces méthodes de surveillance auprès d'un juge.

Ceci n'est pas de la science-fiction

Peut-être n'êtes-vous pas un militant ou un activiste. Peut-être ne faites-vous pas un usage extensif de votre liberté d'expression ou n'êtes pas en profond désaccord avec le gouvernement. Mais qu'arrivera-t-il si un jour cela change ?

Les questions environnementales devenant de plus en plus prégnantes en ce début de décennie, peut-être vous mobiliserez-vous lors de manifestations futures, ou rejoindrez des associations œuvrant dans la lutte contre le réchauffement climatique.

De manière plus intime encore, peut-être déciderez-vous demain d'entamer une transition de genre et vous renseignerez-vous à ce sujet sur Internet. Ou encore que, comme plus de 215 000 femmes tous les ans en France, vous déciderez d'interrompre une grossesse.

Alors que se passe-t-il, dans cette variété de cas, si du jour au lendemain votre gouvernement décide que ces pratiques sont illicites ? Et que votre sympathie à l'égard de certains mouvements, les renseignements que vous aurez pu chercher sur Internet ou les endroits où vous aurez passé du temps pourront se retourner contre vous ? La question reste en suspens. Les données, elles, attendent sagement d'être utilisées.

Il ne faut pas se méprendre : la surveillance n'est pas toujours synonyme de répression. Son incidence la plus directe réside davantage dans le contrôle ; la manipulation. Si le scandale Cambridge Analytica nous a bien appris une chose, c'est que les algorithmes connaissent mieux nos opinions politiques que nous-mêmes. Et que ces données, mises entre des mains puissantes, sont sinon la meilleure façon d'accéder au pouvoir, le plus grand ennemi de la démocratie.

La suite  ...

2
Les distributions Linux / Distros côté sécu ...
« le: février 02, 2020, 10:29:34 pm »
Salut à tous,

Suite à la lecture d' un magazine dédié à Linux que les plus mordus d' entre nous reconnaitront,
j' me suis dit qu' il serait intéressant de partager quelques distros pour le plaisir
du tripatouillage, mais bien évidemment déconseillé aux newbies, mais que j' encourage aux plus aguerris à tester et sans modération, allez on commence :

ipredia
Ipredia est une distro conçue comme Tor.
Ipredia est basée sur Fedora. Si vous êtes un habitué de Fedora vous serez
d' autant plus à l' aise si vous l' essayez.

Alpine Linux.
Alpine Linux a été principalement conçue pour les utilisateurs chevronnés,
efficacité des ressources et simplicité sont les principales qualités de cette distro.
Ceux qui se rapellent du projet LEAF, Alpine Linux c' est la suite mais en plus lourd.
Pour la gestion des paquets, voir apt-tools ...

Subgraph
Basée sur Debian et encore en alpha, l' intéret de cette distro, sa gestion
" en bac à sable ".

Qubes OS
Avec son hyperviseur Xen, Qubes fonctionne sur Fedora, Debian, et même
l' OS de micromachin. La distro fonctionne sur un principe d' isolation, par le
biais de machines virtuelles. Pour maitriser, une fois que vous aurez compris le principe,
normalement ça l' fait.

Whonix
Basée sur Debian, cette distro fonctionnera sur Fedora,
l' OS de micromachin et même mac OS voir une couche sup sur Qubes.
Très pratique pour protéger l' iP de l' utilisateur ...

Et enfin la dernière, que tout le monde connait, Tails
Pas besoin d' en dire plus, non ?
J' allais oublier, suite aux différentes situations que chacun recontrera, si vous êtes
des grands malades du tripatouillage, surtout gardez votre calme et
GIYBF (Google is not your best friend, but ...) et RTFM (Read the fucking manual).
Facile à dire je sais, mais faut bien rire, sur ce,

              @+ ;)

3
Salut à tous,

Tripatouilleur invétéré, que voulez-vous, c' est plus fort que moi,
j' ai testé pour vous un truc qui me démangeait, je veux parler de Oo-mox.

Materia et Numix sont des thèmes GTK populaires pour ceux qui souhaitent personnaliser leur distro,
cependant, tout le monde n’ aime pas forcement les schémas de couleurs par défaut de ces thèmes. Dans le passé, peaufiner un de ces thèmes demandait beaucoup de tripatouillage et pour les newbies, j’ vous laisse imaginer les prises de tête, les nuits blanches, etc.
Mais, heureusement, Oomox est arrivé.

Avec le programme Oomox, les utilisateurs peuvent rapidement créer des modifications et
en plus, on peut les enregistrer et exporter le nouveau thème, que voulez-vous de plus ?

Oomox est installable sur Debian, Ubuntu, Fedora et Arch. Rien de compliqué.
Pour la suite, j' vous laisse tester ?
Perso, il me reste encore quelques trucs à régler, mais franch' ment, " y' a bon Oo-mox, miam miam".
Pour ceux qui auront testé la chose, un ty retour serait bienvenu ..?

                      @+  ;)


4
Salut à tous,

Pour des raisons professionnelles, j' ai récemment été obligé de mettre à niveau une partition sous windows seven vers windows 10, en dualboot avec Buster, sur un ThinkPad X220.
J' ai beau avoir réduit au maximum l' espace aloué à 'crosoft (100GO/320 / 8GO de ram / i5vPro), je me suis aperçu d' un bug, que je ne m' explique pas encore, pour le moment.
Lorsque j' ai tenté d' utiliser mes applications habituelles sous Buster, j' ai constaté un ralentissement, voir comme je viens de l' expliquer, parfois, des pannes. J' ai alors cherché à savoir d' ou pouvait bien venir
ces problèmes et en utilisant, par hasard Gparted, je me suis aperçu que je n' avais plus de Swap.
Une install sans swap peut vite devenir problématique lorsque vous utilisez plusieurs appli en même temps, du coup, pas l' choix, la création d' un fichier d' échange était donc obligatoire!

Si le coeur vous en dit et si vous constatez un problème similaire, je vous propose de suivre la procédure suivante, attention, les données que je vous propose dépendent à chaque fois de votre propre config,
ici, à titre d' exemple. Aucun chiffre ne correspond à ma config, je les ai juste copiés à partir d' un sujet
similaire et afin de faciliter la rédaction de ce topic.

Dans un premier temps, avec l' utilitaire " free ", vérifier l' utilisation de la mémoire système, en tapant

free -m
Comme vous pouvez le voir ci-dessous, notre espace total de swap dans le système est "0".
On ne dispose donc pas d' espace swap

[code]total       used       free     shared    buffers     cached
Mem:          3953        154       3799          0          8         83
-/+ buffers/cache:         62       3890
Swap:            0          0          0

Avant de créer le fichier, il est toujours bon de verifier l' espace disponible et la façon typique pour allouer de l' espace de swap est d' utiliser une partition séparée consacrée à cette tâche.
Toutefois, modifier le schéma de partitionnement n' est pas toujours possible.
Nous pouvons tout aussi bien créer un fichier de swap qui réside sur une partition existante.

Avant toute manip, vérifiez l' utilisation actuelle du disque. Pour obtenir cette information, taper :

df -h
Ce qui peut répondre par exemple :

Filesystem      Size  Used Avail Use% Mounted on
/dev/vda         59G  1.3G   55G   3% /
none            4.0K     0  4.0K   0% /sys/fs/cgroup
udev            2.0G   12K  2.0G   1% /dev
tmpfs           396M  312K  396M   1% /run
none            5.0M     0  5.0M   0% /run/lock
none            2.0G     0  2.0G   0% /run/shm
none            100M     0  100M   0% /run/user

Comme vous pouvez le voir dans cet exemple, sur la première ligne, la partition sur le disque dur est de 55 gigaoctets, donc une quantité suffisante d' espace disponible pour travailler.

Bien qu' il existe beaucoup d' opinions sur la taille appropriée d' un espace d' échange, tout dépend de vos préférences personnelles et de l' exigence de vos applications.
Si votre système dispose de 4 Go de RAM, vous pouvez créer un espace d' échange de 4 gigaoctets.

Vous connaissez l' espace disponible sur le disque dur, je vous propose de créer un fichier d' échange au sein de votre système de fichiers.

Nous allons créer un fichier appelé fichier d' échange (ou swap, ou ce que vous voulez ...) à la racine (/). Il y a deux façons de le faire, je vais seulement pour parler de la manière la plus rapide, en utilisant le programme de fallocate. Cette commande crée un fichier d' une taille préallouée instantanément, sans avoir à écrire le contenu factice :

Nous pouvons créer un fichier de 4 Gigabyte en tapant:

sudo fallocate -l 4G /swapfile
La commande sera retournée presque immédiatement. Vous pourrez vérifier alors le montant exact de l' espace réservé en tapant:

ls -lh /swapfile
qui devrait vous répondre un truc comme

-rw-r--r-- 1 root root 4.0G Apr 28 17:19 /swapfile
Comme vous pouvez le constater, le fichier est créé avec la bonne quantité d' espace réservé.
Pour le moment, notre fichier est créé, mais notre système ne sait pas qu' il est censé être utilisé pour le swap. Nous devons dire à notre système de formater ce fichier swap, puis l' activer.
Avant cela, nous devons aussi ajuster les permissions de notre fichier de sorte qu' il ne soit pas lisible par quelqu' un d' autre que root. Permettre aux autres utilisateurs de lire ou écrire dans ce fichier serait un énorme risque de sécurité. Vous pouvez verrouiller les autorisations en tapant:

sudo chmod 600 /swapfile
Pour vérifier que le fichier dispose des autorisations nécessaires, on retape :

ls -lh /swapfile
ce qui devrait vous répondre un truc comme

-rw------- 1 root root 4.0G Apr 28 17:19 /swapfile
Comme vous pouvez le voir, seules les colonnes pour l' utilisateur root ont la lecture et d'écriture activée. Maintenant que notre fichier est plus sûr, nous pouvons dire à notre système de configurer l' espace de swap en tapant:

sudo mkswap /swapfile

avec pour réponse, par exemple

Setting up swapspace version 1, size = 4194300 KiB
no label, UUID=e2f1e9cf-c0a9-4ed4-b8ab-714b8a7d6944

Votre fichier est maintenant prêt à être utilisé comme un espace de swap. Pour l'activer :

sudo swapon -s
avec pour réponse par exemple

Filename                Type        Size    Used    Priority
/swapfile               file        4194300 0       -1

Nous avons un nouveau fichier d' échange. Pour vérifier, taper à nouveau  l' utilitaire "free":
free -m
qui devrait vous répondre un truc du genre

            total       used       free     shared    buffers     cached
Mem:          3953        101       3851          0          5         30
-/+ buffers/cache:         66       3887
Swap:         4095          0       4095

Votre fichier swap a été mis en place avec succès et votre système va commencer à l' utiliser dès que nécessaire.

Un dernier tripotage et pas des moindres, pour rendre le fichier de Swap permanent,
vous devrez changer le fichier "fstab" en faisant :
sudo nano /etc/fstab
Au bas du fichier, ajoutez une ligne qui va dire au système d' utiliser automatiquement le fichier que vous venez de créer :

/swapfile   none    swap    sw    0   0
Enregistrez et fermez le fichier.
Vous savez désormais ajouter du swap pour faite tourner au mieux votre Debian ou dérivé ...

Autre solution, suivre le tuto
d' Adrien Linuxtricks
, à vous de voir ?
Sur ce,

                @+

PS : depuis ce tripotage, Buster fonctionne impec, aux petits oignons  ;D





5
Salut à tous,

Parc' que je reste pour le moment fan de Debian, mais que suite à des prises de tête, des nuits blanches dues à la mise à niveau de Stretch vers Buster sur des vieilles configs en 32b et même en 64, avec une carte Nvidia, j' ai constaté pas mal de surprise très désagréable surtout au boulot, notamment la disparition de virtualbox (pour des raisons de sécu, ch' uis d' accord, mais Debian aurait pu proposer autre chose de plus compatible que virt-manager), j' en passe et des meilleurs ...
Ce qui me gêne également dans la nouvelle politique de Buster, c' est surtout la priorité aux configs en 64 et l' abandon des versions 32 qui s' accélère, la suppression pure et simple de certains programmes qui permettaient la compatibilité et le bon fonctionnement de quelques logiciels propriétaires qui n' ont pas encore d' équivalent du côté du libre (oui, oui, je sais, pas besoin de hurler ...).

La question du recyclage est clairement faussée et c' la me dérange pour ne pas dire plus.
L' idée de recycle un vieux PC sous Debian était un de mes arguments préférés et surtout des plus efficaces, lorsque je tentais de convertir mon public, réchauffement climatique oblige ...
Je vais être obligé de revoir ma copie, mais en attendant, la seule parade que j' ai trouvée pour ne pas perdre la totalité de mes " bricolages " (pour ceux qui sont encore sous Stretch) c' est de faire une mise à niveau de la manière suivante (attention, rien n' est totalement garanti, j' ai eu pas mal de déconvenue sur différentes installations suivant l' environnement XFCE, Lxde, etc ..., les applications que vous avez déjà installées), je ne serai trop vous conseiller de faire une sauvegarde, du type "ghost"(fichier ISO) avec clonezilla avant toute manip, parc' qu' une fois corrompu, pour revenir en arrière, disons le carrément, c' est la galère.

On va partir d' un environnement sous Xfce, avec une Nvidia Geforce 6600.
Une fois que vous aurez fait votre sauvegarde au préalable, première chose à faire, ouvrir votre terminal et saisissez les commandes suivantes en root,

# apt-get update && apt-get upgrade && apt-get dist-upgrade

Pour ceux d' entre vous qui sont avec une installation du type Nvidia, toujours
en root, désinstallez tous les paquets nvidia (n’ oubliez pas le point),

apt purge nvidia.

Attention, même en faisant cette manip il restera des traces, il va falloir mettre les mains dans l' cambouis, autrement dit, avec " thunar ", supprimer les fichiers " xorg.conf.d " et " xorg.conf "
en allant dans etc/x11/

N' ayez aucune crainte, votre PC ne va pas exploser ou vous proposer un écran noir,  because maintenant nous allons réinstaller " le pilote libre nouveau " en faisant

apt install --reinstall xserver-xorg

apt install --reinstall xserver-xorg-video-nouveau



Redémarrez votre PC :

killall Xorg

Au boot suivant, " si problème d' affichage ", pour ceux qui avait un bureau étendu, normalement, pour retrouver l' affichage précédent, aller dans
Menu des applications/ Paramètres/ Affichage et modifiez la disposition de vos écrans en faisant un ty déplacer et ça  devrait l' faire.


Maintenant que votre config est débarrassé d' Nvidia, pour mettre à niveau Stretch vers Buster, il convient de modifier les sources de mises à jour, il suffira d' éditer le fichier /etc/apt/sources.list et de remplacer toutes les occurrences stretch par buster. Pour le faire, facilement et rapidement, on va utiliser la commande sed :

# sed -i 's/stretch/buster/g' /etc/apt/sources.list

La modification des sources faite, on va lancer la mise à jour de l' index des paquets avec un petit :

# apt-get update

Tout est désormais prêt pour lancer la migration. Il ne reste plus qu' à lancer la commande suivante :

# apt-get upgrade && apt-get dist-upgrade

Certains services installés sur votre machine vont avoir besoin de redémarrer lors de la mise à jour. Apt va alors vous demander si vous souhaitez ou non redémarrer ces services de manière automatique. À vous de voir ...
À l' issue de la mise à niveau, il vous suffit de redémarrer votre PC et normalement vous devriez vous retrouver sous Buster, mais c' est justement à ce moment la, lorsque GRUB " boot "
que certains d' entre vous auront ou pas une agréable ou désagréable surprise ..?

Si mon topic peut vous éviter mes galères,

                        @+  ???

PS : pour ceux qui auront le courage de tenter l' aventure, tenez moi au courant, ça peut être
        utile pour les autres ...

6
Les applications logicielles / Comment utiliser DuckDuckGo ?
« le: novembre 07, 2019, 08:24:39 pm »
Salut à tous,

Comme le stipule le sujet, suite à une discussion avec un proche qui débute dans l' informatruc mais libre,
je vous propose quelque explications qui j' espère pourrons aider ceux qui plein de bonne volonté, mais souvent
désemparer face à la découverte du côté lumineux du libre souhaite en savoir un peu plus sur DuckDuckGo le bien nommé ...

Officiellement, DuckDuckGo est donc un moteur qui préserve votre vie privée avec beaucoup de fonctionnalités :

Par exemple, il vous suffira de précéder vos requêtes avec !g pour aller sur Google, !i (ou !image) pour consulter les résultats « images » de Google, !m pour Google Maps, !n pour Google News !b pour obtenir les résultats sur Bing, etc ...
Pour l’ équivalent de la fonction « J’ ai de la chance » de Google : il suffit de faire précéder sa requête d’ un point d’ exclamation.

Pour les raccourcis liés à certains sites, faire :

!archive (Archive.org)
!commons
!flickr
!grooveshark
!soundcloud
!w (Wikipedia version anglaise)
!wfr (Wikipedia en langue française)
!whois (http://whois.domaintools.com)
!yt et !v (YouTube)

Les réseaux sociaux :

!123p (123people)
!4sq (Foursquare)
!fb (Facebook)
!li (LinkedIn)
!q (Quora)
!tw (Twitter)

Les sites d’information :

!nyt (New-York Times)
!washingtonpost (Washington Post)
!corriere (Corriere della Sera)

Les dictionnaires :

!fr permet de chercher une définition dans le dictionnaire Larousse.fr
!d lance une requête dans thefreedictionary.com
!t pour thesaurus.com

Liés au navigateur utilisé (recherche d’ extensions) :

!chrome (Google Web Store)
!firefox (Mozilla Addons Repository)
!opera …

Les sites e-commerce :

!a (Amazon.com) et !afr (Amazon.fr)
!e (Ebay.com)
!fnac…
Etc.

D’ autres raccourcis permettent par exemple !gmail et vous voilà sur https://mail.google.com (Hum, vous en voyez l’utilité ?).

Le nombre de raccourcis est assez impressionnant, à chacun de trouver ce qui peut l’ intéresser dans cette liste : https://duckduckgo.com/bang.html

Requêtes spéciales :

Certaines requêtes comme par exemple « Alternative to » : pour connaître les services alternatifs à un service en particulier (les résultats proviennent du site http://alternativeto.net/)

En donnant une adresse IP, on obtient sa localisation (et pour obtenir son adresse IP, il suffit d’ ailleurs de taper « ip » ou d’ utiliser le « bang » : !ip qui renvoie sur le site http://whatismyipaddress.com/)

Avec la requête « password {nombre} strong », il est possible d’ obtenir un mot de passe aléatoire de {nombre} caractères (Variante avec « passphrase {nombre} words »)
Etc.

Comme pour les raccourcis, la liste des goodies est loooooooongue : https://duckduckgo.com/goodies

Pour c' qui est d' une navigation sans utiliser votre mulot, il est possible de naviguer dans les résultats avec les boutons « haut » et « bas » de votre clavier.
Pour ouvrir un résultat, pressez « Entrée », et pour l’ afficher dans un autre onglet, tapez « Maj + Entrée » ou « Ctrl + Entrée ».

Et en tapant « h », on retourne dans le champ « recherche » du moteur.

J' espère que mes explications ne vous paraitront pas trop absconses ?
Si vous po compris moi, posez question a moua et on f' ra c' qu' on peut pour vous répondre rapidos ...
Sur ce,

                   @+  ;D


7
Comptoir / RGPD développée par l' État suscite la controverse
« le: août 03, 2019, 11:10:19 pm »
La Quadrature du Net vient de déposer un recours devant le Conseil d'État pour annuler la mise en place du dispositif d'authentification biométrique AliceM. Elle reproche au gouvernement d'obliger les citoyens à utiliser un dispositif de reconnaissance faciale pour mettre un terme à l'anonymat sur Internet.

AliceM (pour Authentification en ligne certifiée sur mobile) n'est encore qu'à ses balbutiements, mais fait déjà beaucoup parler d'elle. L'application mobile actuellement en phase de test a pour but de simplifier l'identification des individus possédant un passeport biométrique sur les différents services publics accessibles en ligne comme les impôts ou la Sécurité sociale.

Le système exige, pour la création du compte, une identification faciale statique (via une photo) ou dynamique, en filmant son visage à l'aide de la caméra de son smartphone et en réalisant quelques mouvements de la tête pour effectuer l'analyse. Ces données sont ensuite envoyées à l'Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) pour effectuer une comparaison avec les informations à sa disposition.

Une partie des données biométriques sera stockée localement sur le smartphone et supprimée immédiatement si l'application venait à être désinstallée.

L'obligation de la reconnaissance faciale serait contraire au RGPD

Le décret d'application a été publié le 16 mai dernier, mais le 15 juillet, la Quadrature du Net a saisi le Conseil d'État et a déposé un recours pour le faire annuler. L'association reproche au gouvernement d'imposer la reconnaissance faciale comme seul et unique moyen d'identification.

Pour elle, l'État ne respecte pas les règles du RGPD, qui stipulent qu'un consentement « ne devrait pas être considéré comme ayant été donné librement si la personne concernée ne dispose pas d'une véritable liberté de choix ». La CNIL avait également fait valoir cet argument dans un avis rendu le 18 octobre dernier.

L'autorité indépendante avait également donné plusieurs solutions complémentaires comme un face-à-face en mairie ou en préfecture afin de créer son compte sur AliceM. Mais l'ANTS n'a retenu aucune de ces propositions. « C'est un bras d'honneur à la CNIL », s'emporte Martin Drago, juriste pour l'association.

Le gouvernement va encore se laisser quelques semaines de test avant de lancer son application, d'abord sur Android. Le Conseil d'État pourrait, lui, prendre près d'un an pour examiner le recours déposé par la Quadrature du Net.

Sources : clubic, Le monde

8
Salut à tous,

tout est dans l' intitulé et j' me suis dit que l' info en valait la peine, non ?
Le lien pour lire l' article, c' est par ici
Pour le rapport, c' est par .
Est-il besoin d' en dire plus ?

                             @+ :(

9
Comptoir / Do it yourself mais avec le plastoc
« le: mars 26, 2019, 04:34:17 pm »
Salut à tous,

Because j' étais en train de préparer un truc, j' me suis dit que cette info serait intéressante à partager,
alors je poste :

https://www.youtube.com/watch?v=8J7JZcsoHyA

Pour le lien : https://preciousplastic.com/en/machines.html

               @+

10
Comptoir / Propaganda Arte
« le: mars 20, 2019, 06:28:34 pm »
Salut à tous,

Pour mieux comprendre comment fonctionnent quelques stratégies de manipulation :

https://www.arte.tv/fr/videos/RC-015330/propaganda/

            @+

11
Bonjour à tous,

Je vous la fais court, tout est dans l' intitulé ou presque, pour être plus précis, le titre est :
Le ministre de l'Éducation et l'Assemblée nationale refusent la priorité au logiciel libre dans l'Éducation

À l' occasion des débats en séance publique sur le projet de loi « pour une école de la confiance » les députés, députées et le ministre de l' Éducation nationale et de la Jeunesse ont refusé la mise en place d' une véritable politique de développement du logiciel libre dans l' Éducation nationale. En effet, les amendements visant à inscrire dans la loi la priorité au logiciel libre dans les services publics de l' enseignement ont été rejetés.

Dans la soirée du vendredi 15 février 2019, une discussion commune a eu lieu concernant trois amendements. L' amendement 571 proposait l' inscription d' un recours systématique aux logiciels libres. [...] Deux amendements (836 et 837), déposés par le député Stéphane Peu et défendus par la députée Elsa Faucillon, visaient à inscrire dans la loi justement la priorité aux logiciels libres.

Lors des débats en commission Jean-Michel Blanquer, ministre de l' Éducation nationale et de la Jeunesse, avait indiqué qu' il y avait déjà un encouragement au logiciel libre dans la loi. Mais ce n' est qu' une déclaration de bonnes intentions sans effet. Une politique se construit avec des priorités, pas avec des encouragements.

En séance publique, le ministre s' est opposé sans distinction aux trois amendements. Ses nouveaux arguments : inscrire dans la loi une priorité peut être contreproductif et cette disposition risquerait d'être contraire au code des marchés publics. Argument éculé qui rappelle les débats de 2016 au moment de la loi pour une République numérique. Le gouvernement de l' époque s' était déjà retranché derrière une prétendue incompatibilité juridique pour s' opposer à la priorité au logiciel libre. Des parlementaires avaient signalé l' existence d' une « note juridique » de la Direction des affaires juridiques (DAJ) du Ministère des Finances et des comptes publics. Quelques mois plus tard, la secrétaire d’ État au Numérique reconnaissait qu' il n' existait pas de « note à proprement parler » mais uniquement des « échanges techniques informels (notamment par mails) avec notre Direction des affaires juridiques » À l' époque, les arguments juridiques précis n' avaient pas été rendus publics : le gouvernement s'était retranchée derrière la notion très floue du secret des délibérations.

L' April avait communiqué aux parlementaires, au gouvernement et rendue publique, une analyse sur la validité juridique d' une disposition législative donnant la priorité au logiciel libre, analyse, partagée par le Conseil National du Numérique de l' époque. D'ailleurs, le Parlement avait inscrit en 2013 pour la première fois dans la loi la priorité au logiciel libre pour un service public, avec l' adoption du projet de loi enseignement supérieur et recherche.

Les arguments du ministre visent donc, une fois de plus, à cacher un manque de volonté politique pour mettre en œuvre une véritable politique publique en faveur du logiciel libre.

L' April demande donc solennellement au gouvernement la publication des éléments juridiques concernant une prétendue incompatibilité juridique au sujet des dispositions visant à inscrire dans la loi la priorité au logiciel libre.

Le projet de loi va poursuivre sa route au Sénat. Le sujet n' est donc pas clos.

Source : April, le 18/02/2019


12
Salut à tous,

Juste avant le pasage de the new year, histoire de faire un ty rappel :

https://www.youtube.com/watch?v=phwwDnsopuM

Pour les sous-titres, make comme d' hab,

             @+  8)

13
Salut à tous,

Une info effrayante que m' a transmise un collègue de boulot, comme l' indique l' intitulé,
j' vous donne le lien :

https://www.nicematin.com/vie-locale/la-reconnaissance-faciale-testee-des-janvier-2019-a-lentree-dun-lycee-de-nice-284866


           @+  :(

14
Les applications logicielles / Firejail - Une Sandbox pour Linux
« le: décembre 07, 2018, 08:27:16 pm »
Salut à tous,

Juste en écho à la séance de samedi en 8, pour les newbies que le sujet intéresse, comme le stipule l' intitulé,
sous Debian (par exemple ...) il existe un ty truc qui se nomme Firejail, que chacun peut télécharger à partir de synaptic.

Firejail permet de lancer n' importe quel logiciel dans une sandbox, autrement dit dans un environnement hermétique dans lequel un logiciel pourra fonctionner, peu importe son type (en ligne de commande, graphique, sessions utilisateur...etc.), sans affecter votre système.

Pas de dépendances, pas de configuration complexe, pas de daemon tournant sur le système...
Firejail est autonome et repose entièrement sur le noyau et toutes ses fonctionnalités.

Pour lancer un programme dans un "bac-à-sable" firejail, il suffit de l' appeler en le faisant précéder par Firejail.
Exemple, pour lancer Tor,  il vous suffira de taper avec votre terminal : 

$ firejail tor

Petite cerise sur le gâteau, Il existe également une interface graphique qui se nomme Firetools,
c' est cool non ?



Bon, j' vais pas casser l' coup de notre très cher Administrator, si j' ai réussi a mettre en appétit quelques-uns d' entre vous,
j' vous donne rendez-vous demain à Kermoroc' h ..?

Pour une ty demo vidéo :

https://youtu.be/Yk1HVPOeoTc

                   @ 2 mains ...  ;D


15
Salut à tous,

Pas de discours, on commence tout d' suite, première chose à faire : s’ assurer que Jessie est bien à jour :
apt update
apt full-upgrade


Attention, avant de faire la mise à niveau, renseignez-vous, quand aux dépôts qui ne sont peut-être pas disponibles sous Stretch ou devenus obsolète.

Ensuite, on met à jour le fichier /etc/apt/sources.list en remplaçant jessie par stretch.
Pour " les limaces " ou les newbies qui appréhendraient le fait de mettre les mains dans l' cambouis, je vous propose la manip suivante, en root :

sed -i 's|jessie|stretch|' /etc/apt/sources.list


Votre fichier sources.list après manip devrait ressembler à quelque chose comme l' exemple suivant :

deb http://deb.debian.org/debian stretch main
deb http://deb.debian.org/debian stretch-updates main
deb http://security.debian.org/ stretch/updates main


Ensuite, on est reparti pour un tour :

apt update
apt full-upgrade


Puis, un peu de patience, un petit reboot, on vérifie que tout est à jour, sans forcement être en root :

lsb_release -a

Pour ceux qui ont une config avec un " home" séparé, ne pas oublier de terminer la mise à niveau via Synaptic et normalement, ça l' fait ...
J' vous laisse, j' ai d' autres tripatouillages sur l' feu.

                          @+


Pages: [1] 2 3 ... 13